jeudi 14 mai 2015

Bouquet champêtre

 


 [Dieu] a mis devant mes yeux le livre de la nature et j'ai compris que toutes les fleurs qu'Il a créées sont belles, que l'éclat de la rose et la blancheur du Lys n'enlèvent pas le parfum de la petite violette ou la simplicité ravissante de la pâquerette... J'ai compris que si toutes les petites fleurs voulaient être des roses, la nature perdrait sa parure printanière, les champs ne seraient plus émaillés de fleurettes...
Ainsi en est-il dans le monde des âmes qui est le jardin de Jésus. 


  
Ah ! comment pourrai-je redire toutes les tendresses que "Papa" prodiguait à sa petite reine ? Il est des choses que le coeur sent, mais que la parole et même la pensée ne peuvent arriver à rendre... Ils étaient pour moi de beaux jours, ceux où mon "roi chéri" m'emmenait à la pêche avec lui, j'aimais tant la campagne, les fleurs et les oiseaux ! Quelquefois j'essayais de pêcher avec ma petite ligne, mais je préférais aller m'assoir seule sur l'herbe fleurie, alors mes pensées étaient bien profondes et sans savoir ce que c'était (que) de méditer, mon âme se plongeait dans une réelle oraison... J'écoutais les bruits lointains... Le murmure du vent et même la musique indécise des soldats dont le son arrivait jusqu'à moi mélancolisaient doucement mon coeur... La terre me semblait un lieu d'exil et je rêvais le Ciel...

Histoire d'une âme. Sainte Thérèse de Lisieux

Photographies prises dans un petit village de la Meuse, Nicey-sur-Aire

vendredi 1 mai 2015

Un air de sainte

Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus ou sainte Thérèse de Lisieux fait partie de mon héritage spirituel. Elle a accompagnée ma grand'mère comme une douce amie et ma mère la prie également. 
Elle a marqué la piété populaire dès la fin du 19e siècle bien avant sa canonisation en 1925. En témoignent les statues de la sainte qui trônent dans presque chaque église de France. Et le nombre important d'objets de piété à son effigie que l'on peut encore trouver sur les brocantes... et auxquels je ne peux résister.
Voici mes dernières trouvailles de ce dimanche !
Un cadre en porcelaine de Limoges, une boîte à chapelet, des médailles...
Une mignonne petite médaille, très années 20-30.
Également d'autres médailles : une très effacée de la sainte (elle a sans doute été très portée et cela m'a beaucoup ému), sainte Jeanne d'Arc, avec l'archange saint Michel (pour être  bien défendu !),
 l'ange de Raphaël
La figurine en plastique n'est peut-être pas sainte Thérèse mais sainte Rita. Difficile à voir si elle tient une couronne de roses ou une couronne d'épines.
La plupart de ces objets ont trouvé une place sur ma petite étagère-oratoire.

mardi 28 avril 2015

Tapis rose

Tous les matins, je traverse un square pour me rendre à mon travail. Ce tout petit espace naturel au milieu des voitures me permet de voir passer les saisons. 
Cette année, j'ai été émerveillée par le cerisier du Japon qui a bourgeonné en une journée et a fleuri le lendemain. 
Mais déjà le temps semble être compté et malmené par la météo, il sème ses pétales au vent qui envahissent le square. 
La nature n'est pas toujours cette folle déchaînée et parfois, elle déroule le tapis rose... 
Reconnaissance pour cette douce offrande aux parfums de la terre.




dimanche 26 avril 2015

L'appel de la forêt

Il est bon de savoir que dans une forêt du monde, là-bas, il est une cabane où quelque chose est possible, situé pas loin du bonheur de vivre.
De Sylvain Tesson, je ne savais pas grand’chose avant de commencer à lire Dans les forêts de Sibérie, son essai qui a obtenu le prix Médicis en 2011.

J’ai adoré sa sensibilité, ses images métaphoriques très poétiques. J’ai trouvé sa vision du monde actuel très lucide et ses observations sur sa vie dans une cabane sur la côte nord-ouest du lac Baïkal d’une merveilleuse beauté. Un récit inclassable dont la douce mélancolie m'a fait du bien. J’ai extrait, un peu mélangées au hasard, quelques pépites à vous faire découvrir ou redécouvrir. Des phrases qui trouvent une certaine résonance en moi.

D’où vient le mauvais goût ? Comment le kitch s’est-il emparé du monde ? La ruée des peuples vers le laid fut le principal phénomène de la mondialisation. Pour s’en convaincre, il suffit de circuler dans une ville chinoise, d’observer les nouveaux codes de décoration de la Poste française ou la tenue des touristes. Le mauvais goût est le dénominateur commun de l’humanité.

Il faudrait nous enlever un petit bout de néocortex à la naissance. Pour nous ôter le désir de détruire le monde. L’homme est un enfant capricieux qui croit que la Terre est sa chambre, les bêtes ses jouets, les arbres ses hochets.
La beauté ne sauvera jamais le monde, tout juste offrira-t-elle de beaux décors pour l’entre-tuerie des hommes.

Habiter joyeusement des clairières sauvages vaut mieux que dépérir en ville […] Sous les futaies, se déploie une existence éternelle, au plus près de l’humus. On y renoue avec la vérité des clairs de lune, on se soumet à la doctrine des forêts sans renoncer aux bienfaits de la modernité.


La vie dans les bois permet de régler sa dette. Nous respirons, mangeons des fruits, cueillons des fleurs, nous baignons dans l’eau de la rivière et puis un jour, nous mourrons sans payer l’addition à la planète. L’existence est une grivèlerie. L’idéal serait de traverser la vie tel le troll scandinave qui court la lande sans laisser de traces sur les bruyères. Il faudrait ériger le principe de Baden-Powell en principe : lorsqu’on quitte un lieu de bivouac, prendre soin de laisser deux choses. Premièrement : rien. Deuxièmement : ses remerciements. Ne pas peser trop à la surface du globe. Enfermé dans son cube de rondins, l’ermite ne souille pas la Terre. Au seuil de son isba, il regarde les saisons danser la gigue de l’éternel retour. Privé de machine, il entretient son corps. Coupé de toute communication, il déchiffre la langue des arbres. Libéré de la télévision, il découvre qu’une fenêtre est plus transparente qu’un écran. Sa cabane égaie la rive et pourvoit au confort. Un jour, on est las de parler de « décroissance » et d’amour de la nature. L’envie nous prend d’aligner nos actes et nos idées. Il est temps de quitter la ville et de tirer sur les discours le rideau des forêts.

La cabane est le lieu du « pas de côté ». Le havre de vide où l’on n’est pas forcé de réagir à tout. Comment mesurer le confort de ces jours libérés de la mise en demeure de répondre aux questions ? Je saisis à présent le caractère agressif d’une conversation. Prétendant s’intéresser à vous, un interlocuteur fracasse le halo du silence, s’immisce sur la rive du temps et vous somme de répondre à ce qu’il demande. Tout dialogue est une lutte.

Aujourd’hui quand on rencontre quelqu’un, juste après la poignée de main et un regard furtif, on note les noms de sites et de blogs. La séance devant les écrans a remplacé la conversation. Après la rencontre, on ne conservera pas le souvenir des visages ou des timbres de voix mais on aura des  cartes avec des numéros. La société humaine a réussi son rêve : se frotter les antennes à l’image des fourmis. Un jour, on se contentera de se renifler.

Le luxe de l’ermite, c’est la beauté. Son regard, où qu’il se pose, découvre une absolue splendeur. Le cours des heures n’est jamais interrompu. La technique ne l’enferme pas dans le cercle de feu des besoins qu’elle crée. La partition du recours aux forêts ne peut se jouer qu’à un nombre réduit d’interprètes. L’érémitisme est un élitisme.

Le non-agir aiguise la perception de toute chose. L’ermite absorbe l’univers, accorde une attention extrême à sa plus petite facette. Assis en tailleur sous l’amendier, il entend le choc du pétale sur la surface de l’étang. Il voit vibrer le bord de la plume de la grue en vol. Il sent monter dans l’air l’odeur de fleur heureuse dont s’enveloppe le soir.

Le luxe de vivre seul dans ce monde où voisiner va devenir le problème majeur. A Irkoutz, j’ai appris qu’un auteur français avait publié un gros roman intitulé ensemble, c’est tout. C’est beaucoup. C’est même le défi essentiel. Je crois que nous ne le relevons pas très bien. Les organismes biologiques animaux ou végétaux se côtoient dans l’équilibre. Ils se détruisent, se tuent, se reproduisent en harmonie. Le solfège est bien réglé. Les cortex frontaux humains, eux, ne parviennent pas à coexister tranquillement. Nous jouons désaccordés.

Le silence me revient, l’immense silence qui n’est pas l’absence de bruit mais la disparition de tout interlocuteur. L’amour monte en moi pour ces bois peuplés de cerfs, ce lac gorgé de poissons, ce ciel traversé d’oiseaux, le grand amour beatnick m’envahit avec une intensité proportionnelle à l’éloignement de la bande de V.M. Avec eux, tout ce que je crains disparaît : le bruit, la fierté d’être ensemble, la soif de chasse-bref, la fièvre des meutes humaines.

J’aime entrer dans le bois. Derrière l’orée, les sons s’atténuent. Lorsque je pénètre sous la voûte d’une cathédrale gothique, en France ou en Belgique, j’éprouve le même engourdissement. Une douceur dans l’être qui alourdit les paupières et diffuse sa tiédeur derrière l’os frontal. Quelque chose réagit en moi au rayonnement de la pierre calcaire comme au rayonnement des résineux. A présent, je préfère les futaies aux nefs de pierre.

Pourquoi cette envie de refaire le monde au moment où il s’éteint ? Des cumulus barrent l’horizon bouriate. Le soleil couchant les mûrit. Les quatre éléments jouent leur partition. L’eau accueille les copeaux d’argent lunaire, l’air est saturé d’embruns, la roche vibre de la chaleur accumulée. Pourquoi croire que Dieu se tient ailleurs que dans un crépuscule ?

Si la nature pense, les paysages sont l’expression de ses idées. Il faudrait dresser une psychophysiologie des écosystèmes en attribuant à chacun d’eux un sentiment. Il y aurait la mélancolie des forêts, la joie des torrents de montagne, l’hésitation des marécages, la haute sévérité des cimes, la légéreté aristocratique des clapots… Nouvelle discipline : anthropocentrisme du paysage.

Un ermite ne menace pas la société des hommes. Tout juste en incarne-t-il la critique. Le vagabond chaparde. Le rebelle appointé s’exprime à la télévision.
L’anarchiste rêve de détruire la société dans laquelle il se fond. Le hacker aujourd’hui fomente l’écroulement des citadelles virtuelles depuis sa chambre. Le premier bricole ses bombes dans les tavernes, le second arme des programmes depuis son ordinateur. Tous ont besoin de la société honnie. Elle constitue leur cible et la destruction de la cible leur raison d’être.
L’ermite se tient à l’écart, dans un refus poli. Il ressemble au convive qui, d’un geste doux, refuse le plat. Si la société disparaissait, l’ermite poursuivrait sa vie d’ermite. Les révoltés, eux, se trouveraient au chômage technique. L’ermite ne s’oppose pas, il épouse un mode de vie. Il ne dénonce pas un mensonge, il recherche une vérité. Il est physiquement inoffensif et on le tolère comme s’il appartenait à un ordre intermédiaire, une caste médiane entre le barbare et le civilisé.

Avoir peu à faire entraîne à porter attention à toute chose.

Le  bonheur devient cette chose simple : attendre quelque chose dont on sait qu’il va advenir. Le temps se fait le merveilleux ordonnateur de ces surgissements. En ville, principe contraire : on exige une efflorescence permanente d’imprévisibles nouveautés. Il faut que les feux d’artifice de la nouveauté interrompent sans cesse le déroulé des heures et éclairent la nuit de leurs bouquets fugaces. En cabane, on vit au rythme du métronome plus qu’à la lueur des feux de Bengale.

Les hommes qui ressentent douloureusement la fuite du temps, ne supportent pas la sédentarité. En mouvement, ils s’apaisent. Le défilement de l’espace leur donne l’illusion du ralentissement du temps, leur vie prend l’allure d’une danse de Saint Guy. Ils s’agitent.
L’alternative, c’est l’ermitage.

Couper des arbres, cueillir des fleurs : paierons nous un jour ces minuscules libertés que nous prenons avec l’ordre des choses, ces infimes transformations de la partition initiale ?

Vivre ne devrait consister qu’en ceci : prononcer sans cesse des actions de grâce pour remercier du moindre bienfait. Etre heureux c’est savoir qu’on l’est.

La contemplation, c’est le mot que les gens malins donnent à la paresse pour la justifier aux yeux des sourcilleux qui veillent à ce que « chacun trouve sa place dans la société active ».

La vie en cabane est un papier de verre. Elle décape l’âme, met l’être à nu, ensauvage l’esprit et embroussaille le corps, mais elle déploie au fond du cœur des papilles aussi sensibles que les spores. L’ermite gagne en douceur ce qu’il perd en civilité.

Photos prises le 23 avril 2015, quelque part dans la campagne picarde



dimanche 19 avril 2015

C'est en forgeant...


 
  Depuis que je me suis mise au crochet, la deuxième face de ma housse de harpe n'avance guère. Et pour cause, des  carrés granny envahissent mon panier à ouvrage !

Pas seulement des carrés d'ailleurs mais également un certain nombre d'expérimentations, plus ou moins réussies. Mes copines me disent souvent que je suis dure avec moi-même ! Si je n'ai pas peur de montrer mes erreurs c'est surtout pour motiver celles qui comme moi, ne sont pas nées avec un crochet entre les doigts. Un blog, cela sert aussi à se décomplexer, non ?

Le cercle magique pour débuter un granny square... Le fil de départ a été coupé trop court et pas assez rentré sous les points, le centre s'est défait rapidement. Depuis, je préfère commencer par une chaînette refermée sur elle-même, c'est plus sûr !
Le point pop corn... Essai avec une laine un peu grosse. J'ai à peu près compris le principe mais ça m'a pris du temps et je ne sais pas si je vais savoir le refaire une autre fois.
En voulant faire un hexagone, j'ai fait un rond, une sorte de petit chapeau pour lutin.Bon, à la deuxième tentative, j'ai quand même réussi à faire un hexagone (non mais...)
Là, ce n'est pas de ma faute. Je voulais faire une rose à huit lobes et en suivant bien scrupuleusement le modèle, ma rose avait douze lobes qui se superposaient. En refaisant une deuxième fois les mêmes erreurs, je me suis rendu compte que les explications ne correspondaient pas à l'ouvrage pris en photo.
Déjà que je rame à suivre les diagrammes, si en plus ils sont trompeurs...
 Après toutes ces émotions, je suis revenue au seul modèle que je crochète les yeux fermés (enfin façon de parler) pour me faire une petite trousse à bazar. Mais je reste raisonnable, un ou deux carrés par jour (comme pour le chocolat), sinon j'ai mal à mon pouce droit. Et il est hors de question qu'à cause du crochet, je ne puisse plus jouer de la harpe.



lundi 6 avril 2015

J'ai testé chez Camac : la DHC 32

 Il est toujours impressionnant de pénétrer dans un endroit où se trouve un grand nombre de harpes ! Je n'ose pas imaginer la puissance sonore si elles se mettaient toutes à jouer, comme par magie...
Je les aurais bien toutes essayées mais j'étais un peu intimidée par l'ambiance feutrée de l'espace Camac.

 Dans le studio que j'avais réservé, m'attendaient des harpes d'un nouvel âge : des harpes sans caisses de résonance mais avec un petit micro à la base de chaque corde et qui ont besoin de l'électricité pour se faire entendre.
Enfin, c'est ce que je croyais car non branchées, elle produisent tout de même une musique parfaitement audible mais moins sonore, un peu comme un clavecin. 
Parfait pour moi qui ne prétend pas remplir le Palais des sports mais cherche une harpe pour travailler au casque sans trop déranger les voisins.

 Avant de venir, j'avais un faible pour une électro 36 cordes en bois naturel mais je l'ai trouvé trop lourde (13 kilos). Avec une colonne trop large et massive, et des proportions pas très élégantes.
En revanche celle en fibre de carbone, la DHC, 32 cordes et 5 petits kilos, m'a tout de suite branchée (c'est normal pour une harpe électrique). J'étais un peu réticente par rapport à ce matériau mais il rend finalement très bien, surtout en noir. Lignes pures, cordes Alliance ayant une excellente résistance au toucher, système de demi-tons performant.
Quelques bémols : 
La harpe coincée sur un trépied assez moche tangue un peu quand on joue debout. J'aurais aimé pouvoir l'essayer assise... La harpe est très petite (mais moi aussi), cela devrait pouvoir se faire, quitte à mettre l'instrument sur un petit socle...
L'ampli qui était dans le studio n'était pas très performant et les basses résonnaient trop. Les sons bavaient. Et je n'ai pas eu beaucoup d'explications sur la manière de brancher, régler l'instrument. Il va falloir que je me renseigne sur la musique amplifiée !
  Pour finir avec une amie harpiste qui m'accompagnait, on a encore essayé quelques harpes acoustiques dans le studio d'à côté. Pour ma part, Ulysse (harpe légère en fibres de carbone) et Isolde. Je les ai trouvé trop sonores. Avec des basses qui résonnaient trop et se noyaient. En fait, il fallait à peine articuler ce que j'ai du mal à faire !
 Au moins avec ma harpe électrique et un bon ampli, j'espère pouvoir fabriquer le son qui me convient.
 Cet essai m'a rassuré : elle a beau être électro, cette harpe a une âme. On sent la vibration des cordes (à défaut de la résonance de la caisse) et elle réagit aux nuances de l'intensité du jeu comme une harpe acoustique.
Reste à trouver le bon matériel d'amplification qui correspondra à ce que je cherche.

Suite au prochain épisode !

dimanche 5 avril 2015

Joyeuses Pâques

 
 Pour accompagner les traditionnels chocolats de Pâques, des "bredele" faits maison. Je sais, c'est une recette de Noël mais je l'ai déclinée dans des formes pascales et printanières : moutons, lapins, coqs, papillons, poissons, fleurs... Comme vous pouvez le constater, chez moi, les anges aussi sont présents toute l'année !
J'ai déposé dans mon panier un très bel œuf en métal de la confiserie allemande Heidel. J'adore cet univers coloré et poétique qui évoque les chromos d'autrefois.
 A ce propos, regardez  la carte ancienne que j'ai trouvée : un ange se servant d'une drôle de harpe. L’œuf de Pâques cassé forme une ouverture qui permet d'accrocher des cordes végétales. Il fallait y penser !
En tout cas, cette carte-là, je ne devais pas la louper !

Joyeuses fêtes de Pâques à tous... plus particulièrement aux chrétiens du monde entier.