dimanche 25 janvier 2015

Loisirs tendance méditation

 Inspirée par un mobile vu dans la revue happinez, je me suis amusée à réaliser des bracelets aux couleurs des sept chakras : rouge, orange, jaune, vert, bleu, indigo et blanc. 
Histoire de dynamiser nos centres énergétiques en cette saison.
J'ai aussi réalisé un chapelet de gratitude copié de ceux de Lisette Doesburg de gratitudebeads. Le mien possède 16 perles de cristal crack et un donuts en lépidolite. Les pierres choisies sont censées soulager les états anxieux et favoriser le sommeil (lépidolite), la médiation, l'éveil (cristal). Mais le cristal crack a surtout un aspect décoratif. Il est moins chargé en énergie qu'un pur cristal de roche.
Ce chapelet est un support de médiation dont je ne me sers pas vraiment pour l'instant mais que j'ai aimé fabriquer.
Pour apprendre à s'en servir, voir les explications sur le site de gratitudebeads.

jeudi 1 janvier 2015

Voeux sincères

Voici la période rêvée pour vous montrer mes cartes ou chromos avec des harpes glanées sur le net par mon amie Joëlle. La plupart sont des cartes de Noël, les anges à la harpe évoquant davantage l'iconographie chrétienne... Et il me semble que jadis, comme c'est encore le cas dans les pays anglo-saxons, on envoyait les vœux plutôt à Noël.
Avec l'augmentation du prix du timbre, l'habitude de facebook, de la messagerie électronique et des SMS, rares sont encore les personnes à envoyer des cartes... Les temps changent. Peu importe les formes finalement, l'essentiel reste le message !
Alors moi, en 2015, je vous souhaite de savoir reconnaître les moments de bonheur, même simples, fugaces... Et de garder confiance en la vie dans les moments difficiles. Je sais que ce n'est pas toujours facile mais essayons de le faire !








samedi 27 décembre 2014

L'araignée mélomane

Secouée par la tempête sans doute, elle était tombée d'un arbre et sans m'en rendre compte, je l'avais transportée dans mes cheveux. Réconfortée par la chaleur de la maison, elle avait glissé le long d'un fil jusque sur la console de mon instrument pendant que je jouais. 
 Tout en déchiffrant ma partition, je voyais une forme blanche venir vers moi. Je pensais à une plume, une poussière ! J'ai eu un mouvement de recul quand j'ai compris qu'il s'agissait d'une araignée. Car j'ai très peur des araignées !!! 

J'ai fait des efforts pour la regarder explorer la table d'harmonie de ma harpe, sillonner entre les chevilles, faire de l'alpinisme sur son fil, parallèlement à mes cordes. J'ai fini par trouver le spectacle touchant. La belle demoiselle diaphane et un peu pâlichonne a fini par me fasciner.
Je suis allée chercher mon appareil photo pour partager ce moment de grâce avec vous. 
Puis je l'ai remise en liberté en la remerciant de n'avoir pas dégringolé sur mon visage ou dans mon cou, d'avoir préféré une mélodieuse piste d’atterrissage.
 Fragile petite araignée de l'après-midi, de qui étais-tu la messagère ?

jeudi 25 décembre 2014

Fleurs de Noël

Cette année, mon citronnier fait des fleurs en bouquet... Entre 5 à 7 bourgeons par endroit ! 
Et douceur oblige, le jasmin d'hiver s'est couvert de fleurs plus grandes que d'habitude.
Sur le rebord de ma fenêtre extérieure, une rose de Noël et une composition artificielle. J'aime le blanc qui évoque pour moi la féérie de l'hiver, les plumes des anges qui parfois tombent du ciel sur la terre, accompagnées de quelques flocons... Mais cette année encore pas de neige annoncée pour Noël...
Portrait de ma fille que je montre peu mais qui est ma petite fleur d'amour. Elle attend les résultats de son concours de première année de médecine. Un jour je l'espère, de blanc vêtue, elle soignera des patients avec détermination, respect, toujours attentive et à l'écoute.
 J'ai aussi ressorti mon vieux carillon des anges... Sorte de mobile en laiton qui tourne à la chaleur des bougies. Il fait partie des décorations traditionnelles en Alsace et en Allemagne mais serait d'invention suédoise. 
Personnellement, je le fais très peu tourner car ça carillonne un peu trop à mon goût. Ou alors j'enlève le crochet des anges pour qu'ils tournent en silence !

Allez voir le site allemand Klaus boutik, il y a des objets magnifiques. A offrir pour le prochain Noël ? 
En tout cas, le mien aurait bien besoin d'un petit coup de nettoyage. Le laiton ne brille plus, le plateau est encrassé par la cire. Que voulez-vous, c'est le carillon de mon enfance et il a pas mal de tours de manège au compteur !


dimanche 21 décembre 2014

Avant Noël...


 Enfant, j'aimais le froid mois de décembre lorsqu'au chaud dans ma chambre, j'ouvrais les petites fenêtres de mon calendrier de l'Avent ou découpais ma commande au père Noël dans les catalogues de jouets. Au lit, les pieds réchauffés par une bouillotte en zinc, je m'endormais après avoir regardé mon livre préféré : La nuit avant Noël.
J'étais une petite fille gâtée dans les années soixante dix, en France.

J'aime toujours ces temps d'attente qui chez moi embaument le beurre des gâteaux de Noël, les épices, la cannelle. Les journées sont courtes, maussades mais les préparatifs des fêtes à venir occupent ma tête et mon cœur. Pas la peine d'être nombreux le soir du réveillon, pas la peine de préparer un dîner de roi : l'essentiel est simplement d'être attentif aux autres, un peu plus que d'habitude...
Je suis toutefois nostalgique de ces temps où les familles n'étaient pas dispersées et préparaient Noël tous ensemble, réunis dans une grande cuisine comme sur cette illustration. Les époques changent, pas toujours en mieux.
Mais si nous le désirons, il est encore possible de retrouver une certaine authenticité. D'être acteurs de nos vies, de nos Noëls. 

Joyeuses fêtes à tous et à l'année prochaine !

mardi 11 novembre 2014

Ma housse : le premier côté terminé !

 A un moment, il faut bien se décider à arrêter de multiplier les motifs et se dire que l'équilibre est enfin parfait entre les pleins et les vides. La tentation est grande de remplir toujours davantage la toile, au risque de l’asphyxier. Alors je me suis un peu forcée à me dire "Stop, cette face est terminée, tu as encore l'autre côté à faire, de toute manière".
Rappelez-vous, je l'avais montré dans cet état-là, il y a tout juste un an. Depuis, j'ai notamment brodé toute la partie droite en choisissant cette fois-ci, non pas des abécédaires entiers mais seulement des fragments.
 
 Toujours issus de l'ouvrage "Marquoirs d'Angleterre" d'Isabelle Mazabraud-Kerlan pour garder une certaine unité. J'ai également veillé à ne pas choisir de nouveaux coloris pour harmoniser les différents éléments brodés.
HARMONIE... Un mot qui me tient à coeur et que j'ai décidé de  broder au-dessus de la frise du bas. Il évoque la musique mais aussi toutes les formes d'harmonie.  
 
TELENN, qui signifie harpe en breton. Couplé avec un motif celte et une croix à entrelacs pour donner un petit côté celtique à ma housse. Je n'ai pas oublié non plus de la parsemer de quelques trèfles évocateurs de l'Irlande. En plus Telenn, cela ressemble un peu à Hélène ;-).
H... comme Hélène bien sûr mais aussi comme Harpe, Harmonie... et Housse. CQFD ! 
 
En haut à droite, épousant la forme de la harpe, une guirlande végétale coiffant un ange, faisant référence au premier vers du poème. J'ai décidé d'ajouter un oiseau en nacre à cet endroit.
Dans un cartouche, quelques éléments de biographie : 1978, l'année où j'ai commencé la harpe et les initiales de mes professeurs, dans l'ordre chronologique : AG Aude Gary, ML Mariette Laurie et aussi Mariannig Larc'hantec, EP Elena Polonska, RC Régis Chenut.

Des animaux, papillons par ci par là... Mouton, écureuil, lapins. Un peu comme un bestiaire médiéval.
Adam et Eve et l'arbre de la Connaissance. Pour fermer un peu la  composition à droite, une frise qui commence en bas, s’interrompt et se poursuit en haut (répertoire des frises de V. Lejeune).
En résumé, une broderie comme une libre improvisation. AD LIBITUM !




samedi 1 novembre 2014

Jardin d'automne

 Planter des fleurs, peu importe l'endroit, en se souvenant de ceux qui nous ont quitté mais sont finalement toujours là, derrière le voile.
 
J'ai mis quelques bruyères façon jardin japonais dans ma petite cour que j'appelle pompeusement mon jardin.
 
 Là où je laisse un peu la nature suivre son court, entre mauvaises herbes et feuilles mortes...
 











Et joyeux lutins !
 
 Le lierre qui pousse partout avec une force incroyable est un symbole de vie éternelle sur biens de monuments sépulcraux anciens. Lorsque les cimetières étaient peuplés de toute une symbolique sculptée dans la pierre et pas ces étendus de faux marbre composite, sans âme. 
L'aspect sinistre de nos cimetières modernes en dit long sur notre rapport à la mort qui n'a jamais été autant tabou.

Que cette fête de la Toussaint vous soit douce comme un soleil d'automne....