mercredi 23 janvier 2008

Marquoir, leçon 1 : frise et dimensions

J'ai décidé de vous dévoiler étape par étape la confection du marquoir de ma grand-mère tout en vous livrant quelques réflexions plus générales nées de mes observations de ces broderies (sur ebay et dans des livres).

J'ai tout d'abord choisi une frise très simple et décidé de faire la même sur les 4 côtés, ce qui n'est pas toujours le cas sur les abécédaires. Sans le faire exprès, j'ai fait une faute dans la frise du bas, et je me suis fait vengeance pour la laisser !

A deux endroits, ma frise ressemble à cela !!! Il faut le faire comme erreur mais si je me suis trompée, une petite fille de 9 ans aurait très bien pu le faire aussi... Surtout ma grand-mère.
Ma frise délimite un beau carré de toile de 25 x 25. Je me demande si jadis, la brodeuse en herbe débutait son ouvrage par l'alphabet. Je pense qu'elle devait faire comme moi et commencer par la frise. Sinon, comment expliquer que l'écriture vienne parfois buter contre la frise, comme ici ?

Ce qui m'étonne toutefois, c'est que l'on trouve des dimensions très variables, souvent proches du carré : 27 X 29, 26 X 28, 24 X 23 ? Pourquoi ne pas avoir fait un carré parfait ? Mystère. D'autant plus que tout laisse à penser que les marquoirs étaient brodés de manière assez encadrée.
C'est ce que je vous expliquerai lors du prochain cours.



4 commentaires:

Catherine a dit…

Pour les dimensions de carré pas parfait, ça ne viendrait pas des toiles qui dans le passé n'avaient pas le même nombre de fils sur la chaîne et sur la trame? (unevenweave linen?)

Hélène a dit…

Oui Catherine, cela doit être cela... Je n'y avais pas pensé.

brodstitch a dit…

Pour le carré je suis de l'avis de Catherine.
Mes leçons de couture d'enfant ressurgissent et,effectivement,je me souviens commencer des ouvrages par le cadre.Il se peut aussi que les lettres butent car il ne faut pas oublier que ces abécédaires n'étaient pas destinés à la décoration de la maison et avaient un but éducatif donc...l'esthétique de l'ouvrage passait au second plan.

La croisée a dit…

Il y aurait une autre explication, pour les petites filles qui étaient dans des écoles privées (parfois, cela est précisé sur le marquoir) : le carré parfait correspond à un chiffre saint. C'est pour cela que la plupart des cloîtres des monastères sont carrés. Le carré parfait est une notion purement catholique, et la perfection n'étant valable que pour Dieu, on apprenait aux petites filles l'humilité et la modestie : il ne fallait pas faire une broderie sans erreur, et celles qui malencontreusement (!) faisait une marquette ou un marquoir parfait, on leur fisait parfois défaire pour y glisser au moins une erreur !!

La croisée