lundi 3 septembre 2007

Le fil d'Ariane, chapitre II

relire le chapitre précédent

CHAPITRE II

Déjà un mois que j'avais emménagé dans ma nouvelle maison et il était temps d'ouvrir ma petite mercerie. Les meubles avaient été cirés, les boiseries de la devanture rafraîchies d'une peinture cérusée bleue outremer. Dans la première vitrine, j'avais accroché sur un fil à linge, ma collection de vieux marquoirs. Dans la seconde, un petit buffet bas aux portes grandes ouvertes, donnait une idée de ce que l'on pouvait trouver dans le magasin : coupons de lin, cotonnades fleuris, ciseaux dorés, tambours en bois tendre, palettes dégradées de fils... Ce meuble offrait aussi l'avantage de m'isoler un peu de la rue piétonnière. Je détestais être en vitrine, surtout lorsque je brodais en attendant les clientes !

Elles ne semblaient d'ailleurs guère pressées de venir. Il faut dire qu’on était au début des vacances d’été et que je n'avais pas fait de publicité pour attirer les foules. J'avais envie de laisser les brodeuses venir à ma rencontre, spontanément. Même si cela devait prendre du temps. De toute manière, je n'étais pas encore très opérationnelle. Il me manquait des références DMC suite à une erreur de livraison et j'attendais encore quelques nouveautés américaines. Je m'étais aussi rendu compte que le panier de modèles pour bébé (que je m'amusais à surnommer panier à layette) n'était pas très rempli. J'avais du mal à me passionner pour les nounours roses, les chaussons bleus (peut-être parce que je ne mettrai jamais au monde un enfant). Sachant que beaucoup de femmes découvraient le plaisir de la broderie lors de leur première grossesse, je me devais de trouver de nouvelles grilles dans mes catalogues ou sur internet. Je constatais avec bonheur qu'il y avait quand même de jolies choses chez certaines créatrices.

Un matin, alors que je ne m'y attendais pas, une première visiteuse me fit l'honneur d'explorer ma boutique. Elle adorait le tourniquet à fils mais ce n'était pas spécialement pour rechercher une nuance particulière. Grise, élégante et avec des griffes pointues comme des aiguilles à coudre, ma première cliente n'était autre que la chatte du voisinage ! J'hésitais à la surnommer Filou ou Philo… A la fois ange et démon, elle passait chaque jour par la cour intérieure, juste après le départ de ses maîtres. J'étais heureuse : ma mercerie avait désormais trouvé son âme ronronnante et je me sentais moins seule.

Mes journées commençaient tout de même à s'animer. Après le passage du facteur, qui transportait dans sa sacoche autant de lettres que de potins sur la vie du quartier, arrivaient les premières clientes : touristes en panne de DMC 315, vacancières à la recherche d’occupation, brodeuses occasionnelles ou compulsives. Le bouche à oreille semblait fonctionner. Ma clientèle s'étoffait chaque jour, certains visages me devenaient familiers. Comme celui d'Anne-Sophie.

9 commentaires:

ELA a dit…

Mais c'est trop court !

Hélène a dit…

C'est vrai, tu as raison, c'est mon chapitre le plus court ! Demain, ce sera plus long...Patience.

clob a dit…

hummmmm, un petit plaisr du soir ..comme du temps ou ma grand mère nous lisais une histoire avant le coucher !
merci
j'entends presque ronronner ton chat visiteur ...........

tempus fugit a dit…

C'est déjà fini ! ;-))

filomène31 a dit…

Très sympa, c'est un régal à lire pour nous brodeuses ! J'adore le 2ème nom du chat ;-)
Bravo et vivement la suite !

Anonyme a dit…

j'aime bien ...
les personnages sont fictifs ou tu t'es fortement inspirée de personnes que tu connais ??
bizzz
argone
http://argone.over-blog.com

Mousse a dit…

ooooh oui c'est trop court...comme les gosses je dis: la suite!!
merci pour ce joli moment d'évasion: je suis déjà "entrer" dans l'histoire...à demain!

filoche a dit…

mon reve, je reve en te lisant
c est comme ca que j aurai vu et organisé, mis en scène ma boutique si j avais eu l audace de la créer !!!! au milieu de mes vieilleries, de mes objets collectionnés depuis des années, je me serai bien dans ton personnage (ou dans ton fantasme ....)
en tout cas, j attends la suite impatiemment
amitiés
filoche

Vero M a dit…

De retour :-)))))
J'ai imprimé tes deux chapitres , je les emmène sous ma couette....

Si je te disais que j'ai eu la même démarche que toi...mais que je n'oserai jamais !!
Toi tu as su te dépasser. Bravo !!

A trés bientôt.