lundi 7 juillet 2008

Réflexion sur le passé

Pour finir l'année scolaire, un petit extrait d'un thriller moyenâgeux qui, sorti de son contexte, colle parfaitement à l'ambiance du moment où fleurissent sur nos blogs, des pages consacrées aux brocantes, aux articles de mercerie à l'ancienne, aux abécédaires de jadis... Le temps est à la nostalgie, et ce n'est pas pour me déplaire.

Aujourd’hui, tout le monde attend qu’on le divertisse et que le divertissement soit permanent. Les réunions d’affaires doivent être dynamiques, avec des tableaux et des graphiques animés pour éviter aux participants de sombrer dans l’ennui. Les grands magasins, les centres commerciaux doivent être attrayant afin de vendre en nous amusant. Les politiciens doivent donner d’eux-mêmes une image séduisante et ne dire que ce que nous voulons entendre. Les professeurs prendre garde de ne pas raser les jeunes esprits habitués à la vitesse et à la variété des programmes télévisés. Les étudiants étudier en se distrayant. Quand on se ne distrait plus, on change. On change de marque, de chaîne, de parti, d’amis. Telle est la réalité de notre société occidentale à la fin de notre siècle. Dans les siècles précédents, l’être humain voulait s’améliorer, être sauvé, libéré ou éduqué. Aujourd’hui, il veut qu’on le distraie. La grande peur n’est ni celle de la maladie ni celle de la mort, mais la peur de l’ennui. Ce sentiment de disposer beaucoup de temps, de ne rien avoir à faire, de ne pas s’amuser. Jusqu’où ira cette manie de la distraction ? Que fera t-on lorsqu’on se sera lassé de la télévision et lassé du cinéma ? Nous connaissons la réponse : on se tournera vers d’autres activités : sports, parcs à thème, attractions, montagnes russes. Du plaisir organisé, des sensations programmées. Et que fera-t-on quand on se sera lassé des parcs d’attractions ? Tôt ou tard, ces plaisirs paraîtront artificiels, on comprendra qu’un parc de loisirs est en vérité une sorte de prison où l’on paie pour être un détenu. On en viendra donc à rechercher l’authenticité. Ce sera le mot clé du nouveau siècle. Qu’est-ce qui est authentique ? Ce qui n’est pas conçu et organisé pour faire du profit. Ce qui n’est pas contrôlé par les grandes entreprises. Ce qui existe en soi et prend sa propre forme. Il va sans dire que dans le monde moderne on ne laisse rien prendre sa propre forme. Le monde moderne est l’équivalent commercial d’un jardin à la française où tout est planté et disposé géométriquement. Où rien n’est naturel, où rien n’est authentique. Vers quoi se tournera-t-on alors pour vivre l’expérience si rare, si désirable de l’authenticité ? On se tournera vers le passé. Quoi de plus authentique que le passé ? Il était là avant Disney et Murdoch, Nissan, Sony, IBM et tous ceux qui façonnent notre quotidien. Le passé était là avant qu’ils arrivent pour modeler les esprits et pour vendre. Le passé est réel, il est authentique : c’est ce qui le rendra follement attrayant. Voilà pourquoi j’affirme que l’avenir est le passé.

Michael Crichton, Prisonniers du temps (thriller). 1999 : Edition Pocket.

Seulement voilà, le retour au passé est aussi une nouvelle mode et certains prix pratiqués sur les brocantes me font bondir ! C'est la loi du marché et il faut bien que l'économie tourne mais moi, je me demande s'il existe encore quelque chose d'authentique de nos jours. Voilà une question pour le bac philo de l'an prochain...


Je vous laisse durant deux mois en compagnie de la charmante Justine et de son immense marquoir qui m'occupera sans doute tout l'été, ainsi que le Salexandre et d'autres bricoles. Plutôt que de vous montrer ma progression laborieuse sur ces ouvrages, je préfère vous donner rendez-vous en septembre.

Bonnes vacances... ou bon courage si vous travaillez durant l'été.


12 commentaires:

ROSA E OLIVIER a dit…

Piú giú, in fondo alla Tuscolana...!?...passavo per un saluto!

charline a dit…

broder rien n'est plus authentique, pour moi d'abord et ensuite on verra ce que mes enfts en feront

le marquoir, je vais le prendre cet après midi

merci et bisous

sylvie a dit…

comme j'aime ces marquoirs anciens. bisous

Anonyme a dit…

A ce propos, des extraits d'un livre intéressant que je vais sans doute commander...Bel été Hélène !
Muriel

http://books.google.fr/books?id=hdVYuXbwaEAC&printsec=frontcover&dq=chineurs+obsessionnels

tempus fugit a dit…

Tu vas être bien occupée tout l'été ;-)
Très bonnes vacances à toi !

sylvie a dit…

J'en ai mis du temps à pouvoir me poser pour venir te lire et te répondre ! Oh comme tu as raison ma chère Hélène, à l'heure actuelle les gens changent de tout même d'amis comme de chemise, ils se fichent pas mal de faire du mal de toute façon ils ne le verront pas car déjà ils auront zappé ailleurs...
Oui grands nombre de gens préfèrent jouer à l'autruche c'est tellement plus facile que d'avoir la réalité en face et certains sont très forts à ce niveau là pour leur faire avaler la pilule.
J'ai une conception tellement différente de ce que le plus grand nombre pense que je préfère prendre du recul et partir dans mes collines.... privilégier un petit nombre d'amis, en fait se retrouver en petit comité et profiter du temps qui passe, s'émerveiller devant un pin au soleil, un vieux marquoir d'une petite fille, le chant des cigales, l'eau qui vient sur la plage....

Tu parles des prix des brocantes, c'est amusant j'ai l'habitude d'aller dans des ventes et je suis stupéfaite devant la folie de certains collectionneurs qui se déchaînent pour acheter... Un jour un commissaire priseur m'a dit "ils sont fous", le problême c'est qu'à force de se comporter de la sorte, tout a augmenté démesurément et plus rien n'est à un prix raisonnable, et nos vieux marquoirs et nécessaires à couture filent au loin à l'étranger.
Merci à toi pour ce moment de lecture, de partage et continue à nous parler, raconter, j'aime.

fanou a dit…

Bonsoir Hélène, je ne connaissais pas ton blog et pourtant je fais défiler la toile ! Ne sachant pas où te laisser un commentaire j'ai choisi le dernier billet. Je félicite les passionnées comme toi, je trouve que ta quête est formidable ! Je me suis régalée au fil de ce blog, hop dans mes favoris. J'ai retrouvé dans le grenier de ma nouvelle maison un cahier de broderie ancien, un livre offert d'école qui a appartenu à l'ancienne propriétaire. Un bonheur ! Autre petit bonheur, ma maman m'a donné son livre de recettes offert à l'époque par la marque Alsa, elle l'a recouvert d'un protège cahier fait au point de croix^^

Juste pour te féliciter encore une fois, moi je suis novice dans les petites croix et me régale sur la toile.

Je suis d'Amiens et suis moi aussi instit ;) Bonnes vacances :)

Hélène a dit…

Merci Fanou...Tu sais, je n'étais plus vraiment motivée mais je crois que ton message va me redonner l'envie d'écrire ici plein de nouveaux articles en septembre. Et c'est avec plaisir que je lirai tes commentaires( au fait, je ne suis pas instit !!!)Qui sait, on pourra peut-être se rencontrer à Amiens...

fanou a dit…

Oups Hélène je ne sais pourquoi j'ai cru que nous faisions la même chose !

Hâte d'être en septembre pou le plaisir des yeux !

Au plaisir de te lire, ah et j'oubliais si je vois ce magnifique parapluie sur Amiens je sais maintenant que c'est toi :D

FAnou.

sylvie a dit…

à demain ma belleeeeeeeeeeeeeeeeeee
bizzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz

Ptite fanchon a dit…

Je découvre ton blog et il me plait beaucoup, pour ce que tu montres ou pour ce que tu dis ou pour ce que tu rapportes des autres, comme ce texte, qui hélas traduit bien la réalité... je me sens bien éloignée de tout ça et un peu d'une "autre planète".
Passe de belles vacances et à bientôt .

Catherine a dit…

Je te souhaite un bel été plein d'authenticité et attend que tu reprennes tes billets à la rentrée.